Groupe de travail

Quelle légitimité pour un statut d’agriculteur ?

saf agr’iDées a choisi d’engager une réflexion en 2017 sur le statut de l’agriculteur qui n’est pas, à ce jour défini juridiquement, en se basant sur plusieurs constats.

 

Les agriculteurs sont en prise directe avec le marché en raison du passage d’une politique agricole fondée sur des prix garantis et des outils de maîtrise de la production à une politique d’aides découplées. Or réfléchir à partir des marchés met en exergue l’existence de plusieurs agricultures correspondant à des marchés différents – circuits courts, productions sous signes officiels de qualité, cœur de gamme, export, agriculture urbaine – et à des réalités différentes dans l’exercice du métier.

 

Les progrès techniques et technologiques ne cessent par ailleurs de bouleverser les pratiques agricoles, en offrant des gains de productivité importants, en même temps qu’ils surenchérissent les investissements, questionnant dès lors la taille des structures agricoles et la place des investisseurs extérieurs, tant dans le foncier que dans les entreprises agricoles.

 

Ces évolutions économiques et technologiques sont accompagnées de mutations sociales importantes : baisse de la population agricole, féminisation du métier, recours au salariat, pluriactivité du chef d’exploitation et/ou de sa famille. En outre, l’agriculteur, qui est un chef d’entreprise, étend souvent son champ d’action au-delà des activités agricoles, interrogeant alors sur ses rapports avec les professions artisanales et commerciales.

 

Faut-il un statut pour valoriser une compétence ? Faut-il un statut pour l’éligibilité aux aides publiques ? Faut-il un statut pour sanctuariser l’activité agricole ?

 

Telles sont les principales questions qui seront abordées par les membres du groupe de travail et les experts qui seront sollicités.

L'accès au contenu de cette page est réservé aux adhérents

Vous êtes adhérent ? Connectez-vous

Vous n'êtes pas encore adhérent ? Rejoignez-nous !