Filière lait : Quelles réformes à l’aube de 2020 Publié le 27 septembre 2016 par Philippe FAUCON

Depuis maintenant plus de deux ans, la chute importante du prix du lait a provoqué une crise, qui a mis à mal la trésorerie d’un grand nombre de producteurs laitiers. Des signaux encourageants sont apparus sur le marché mondial depuis cet été.

 

Pour autant, il est nécessaire que les acteurs de la filière tirent les enseignements de cette crise. En effet si la sortie des quotas et les questions de géopolitique ont contribué à son accentuation, des causes structurelles ne doivent pas être occultées.

 

La compétitivité des élevages français est au premier rang. Elle doit être renforcée par une mobilisation optimum du second pilier de la PAC, au travers du Plan de Compétitivité et d’Adaptation des Exploitations agricoles (PCAE), et avec une amélioration des outils fiscaux afin de mieux lisser les revenus.

 

Dans le cadre de la future PAC 2020, il sera nécessaire d’envisager la mise en en place de dispositifs assurantiels, plus pertinents qu’un versement unique à l’hectare.

 

Ceci étant, l’amélioration de la compétitivité de la filière ne se limite pas au seul maillon production. Il faut que dans le même temps, les transformateurs laitiers français se structurent, pour mieux prendre leur place dans le développement des marchés laitiers internationaux.

 

Revoir la relation contractuelle

 

Autre point fondamental à retravailler : la relation producteur-transformateur, avec une meilleure prise en compte du cycle de production du lait et du caractère immatériel lié à son terroir qui ne peut plus être géré comme une « commodité ». Le lait n’est pas seulement un produit agricole, c’est d’abord un produit frais, non stockable, dont le cycle de production est long et peu flexible. La sécurité sanitaire et alimentaire des élevages, comme le terroir sont autant d’éléments, mis en valeur par les transformateurs, qui doivent être pris en compte dans le cadre de la relation contractuelle qui les lient aux producteurs. Celle-ci doit être complètement revue afin d’être rendue bien plus équilibrée. Autant de questions évoquées, travaillées et diffusées par saf agr’iDées, notre think tank dédié aux secteurs agricole, agroalimentaire et agroindustriel.

 

Cette tribune est parue dans le numéro 224 de la revue “Agriculteurs de France”

Abonnez-vous à la revue !

@SAFThinkTank