L’innovation, source de progrès et de développement des filières agricolesPublié le 15 mai 2017 par Marie-Cécile DAMAVE

Le 12 mai, le congrès de la Fédération du Commerce Agricole et Agroalimentaire (FC2A) Nord-Est s’est consacré à « L’innovation, source de progrès et de développement des filières agricoles », en réunissant différents acteurs des filières, experts de l’innovation, et l’économiste Nicolas Bouzou. Saf agr’iDées était invité à participer aux débats, avec un focus sur les travaux du think tank sur le transfert d’innovation (voir la note « Fédérer les acteurs de l’innovation avec les partenariats public-privé »), les semences et la génétique (note « Semences : une pépite française, des concentrés de valeurs ») et la digitalisation de l’agriculture (groupe de travail « Big data : quels usages pour l’agriculture d’aujourd’hui et de demain ? »).

 

 

 

 

Les messages-clés de ce congrès ont été les suivants :

 

Le monde agricole est un monde d’entrepreneurs

Non, résolument, « ça n’était pas mieux avant ». Le secteur agricole est le plus innovant de l’histoire de l’Humanité, qui est une histoire de progrès. Le monde agricole est entrepreneurial, et il est essentiel de sortir d’une vision administrée de l’agriculture. En tant qu’entrepreneurs, les acteurs du monde agricole se remettent en cause, prennent du recul pour ajuster leurs stratégies.

 

L’innovation, pour quoi faire ?

Il ne s’agit pas de faire de l’innovation pour l’innovation, sinon les nouveaux outils ne seront que des gadgets inutiles. Au contraire, il est essentiel de donner un sens à l’innovation pour orienter sa trajectoire, de donner un contenu concret au progrès. Par exemple, vers des objectifs de compétitivité, de durabilité, ou de compréhension sociétale.

 

Les freins à l’innovation

Ils résident dans l’ambiance, le climat général, qui ne donnent pas assez confiance pour innover. Le mode d’application du principe de précaution est clairement un frein au progrès. Le financement insuffisant est un frein à l’innovation en France : pays où il existe le plus grand nombre de startups opérationnelles mais qui ne parviennent souvent pas à grandir.

Les peurs de la société, dominée par les passions, sont difficiles à gérer pour les professionnels car la raison est toujours plus compliquée à communiquer que la passion. La pédagogie est essentielle, dans un monde où les fausses informations se répandent vite, dans une société dite de la « post-vérité ».

 

Les dimensions humaines de l’innovation

L’innovation est un travail d’équipe, engageant des acteurs aux compétences complémentaires et diverses, individuellement motivés et collectivement engagés dans leur démarche. Il est important de s’émerveiller, de donner confiance, de mettre en avant les valeurs de chacun dans une équipe pour que ses travaux réussisent.

L’innovation n’est pas qu’une question d’argent, mais aussi de rapidité, de souplesse, de culture. La formation continue est un élément-clé, surtout dans notre pays où le diplôme initial est si important : il ne suffit pas. Finalement l’innovation est un état d’esprit de personnes qui prennent le risque de se remettre en question.

 

Les dimensions technologiques de l’innovation en agriculture

La génétique, le numérique, le machinisme, la robotique, la logistique, les technologies de traçabilité, de stockage, de logistique, de conditionnement… impactent l’agriculture sur toute la chaîne de valeur aujourd’hui, vers plus de précision, plus d’efficacité, de vitesse, de performance, vers une agriculture de décision qui permet de répondre aux enjeux économiques, environnementaux et sociétaux.

C’est le mauvais fonctionnement du marché de l’emploi qui est à l’origine du chômage, pas les technologies. La preuve en est que les pays les plus engagés dans les technologies sont tous en situation de plein emploi.

 

Retrouvez le fil des échanges sur Twitter en suivant @FC2A, @SAFThinkTank et @MarieCecile75