Un jour, une idée “Le service de remplacement, un outil de qualité de vie des agriculteurs”Publié le 31 août 2017 par Saf agr'iDées

« Toutes nos filières d’élevage ont connu ces derniers mois des crises d’ampleur diverse. Les producteurs de viande bovine, viande porcine et producteurs de lait et de légumes sont en difficulté, victimes de la volatilité des prix du fait notamment de la suppression des instruments de régulation. J’ai accepté en septembre 2015 la mission que la Commission des affaires économiques de l’Assemblée nationale m’a proposée pour rédiger avec Thierry Benoit, député d’Ille-et-Vilaine, un rapport sur cette situation de crise des filières d’élevage et faire des propositions. Nous avons rencontré les différents acteurs, organisations professionnelles et les nombreuses parties prenantes des filières. En plus des 164 auditions organisées par cette mission, il m’a paru fondamental d’échanger avec les acteurs du terrain qui détiennent une partie des solutions. Les politiques et les pouvoirs publics sont là pour les accompagner.

 

Lors de ce travail, j’ai été particulièrement intéressée par l’audition des services de remplacement. Ce sont des associations d’employeurs à vocation de remplacement, dirigées par des agriculteurs bénévoles. Ces services, qui permettent de favoriser l’agriculture familiale, améliorent la qualité de vie des agriculteurs en organisant leur remplacement durant les congés ou les arrêts maladie. Ils forment les jeunes diplômés agricoles en leur offrant la possibilité de vivre une première expérience professionnelle et « facilitent la vie » des 73 000 exploitants adhérents. Ces associations sont en plein développement, elles créent de l’emploi salarié et rendent le métier d’éleveur moins isolé et moins précaire. La législation fiscale prévoit un crédit d’impôt pour congés qui permet la prise en charge d’un cinquième des heures. Ce crédit d’impôt donne l’impulsion pour un plus grand recours à ces services qui constituent une bouée d’oxygène pour les éleveurs. Pour que les mentalités évoluent encore, il faut que ce dispositif se développe afin que l’isolement social dont sont victimes certains éleveurs cesse. C’est pourquoi la proposition n°54 du rapport remis à la Commission des Affaires Economiques propose de promouvoir les services de remplacement, les travailleurs occasionnels et partagés, et d’étendre le crédit d’impôt dédié.

 

Le constat et les 60 propositions de ce rapport ont été salués et adoptés à l’unanimité en mars 2016 par la Commission des Affaires Economiques de l’Assemblée nationale. »

 

Annick LELOCH , Députée du Finistère

 

Contribution extraite du livre collectif “150 idées pour la réussite de nos agricultures“, édité par saf agr’iDées en juin 2017, dans la thématique : “L’entreprise agricole”, page 74. L’auteur est seul responsable du contenu de sa contribution.