Un jour, une idée “La reconquête des terrasses : défi pour l’agriculture de demain ?”Publié le 31 juillet 2017 par agriDées

« Face à l’évolution récente de l’agriculture française en particulier liée aux nouvelles attentes des consommateurs et à la remise en cause des modèles de production, nous devons nous interroger sur l’opportunité de reconquérir les versants.

 

Notre agriculture a depuis un siècle tourné le dos à la montagne considérant que seules les plaines présentaient un intérêt pour une agriculture dite « moderne » car mécanisable. Ce choix signifiait alors la fin de la petite paysannerie, l’augmentation des surfaces des exploitations et la monoculture qui devaient assurer plus de rentabilité. Oubliant le savoir-faire paysan et la fine adaptation des cultures en terrasses aux terroirs, les acteurs politiques, économiques et les chercheurs ont opté pour une transformation radicale des modes de production. Nous mesurons aujourd’hui les limites de ces choix et les conséquences liées à leur abandon !

 

La culture en terrasses ne peut plus être considérée comme une forme d’agriculture obsolète et inadaptée à une économie mondialisée. Elle permettrait de reconquérir des territoires marginalisés, de réinsérer des agriculteurs et ainsi de redynamiser économiquement et démographiquement les espaces ruraux de pente.

 

Nous l’avons constaté lors de la troisième rencontre d’ITLA (International Terraced Landscapes Alliance), les experts internationaux s’accordent tous pour souligner les différents atouts des terrasses : réserve de terres arables pour l’agriculture biologique et équilibre des territoires, prévention de l’érosion des sols et contrôle des inondations, gestion de l’eau, préservation de la biodiversité, renforcement des circuits courts, développement d’un agrotourisme fondé sur les terroirs, valorisation patrimoniale, éducative et culturelle de ces paysages etc…

 

Cultiver les terrasses est donc possible ! En témoigne la réussite des vignobles de la vallée du Rhône, du maraîchage primeur en Ardèche ou de la production de l’oignon doux en Cévennes…   »

Jean-François BLANC, Docteur en géographie, Enseignant, Membre du Comité
scientifique d’ITLA

 

Contribution extraite du livre collectif “150 idées pour la réussite de nos agricultures“, édité par saf agr’iDées en juin 2017, dans la thématique : “Agricultures et territoire”, page 38. L’auteur est seul responsable du contenu de sa contribution.