Un jour, une idée “Et si l’abattoir venait aux animaux ?”Publié le 22 juillet 2017 par Saf agr'iDées

« L’abattage des animaux d’élevage représente aujourd’hui le point nodal des critiques contre l’élevage. La remise en cause des abattoirs est portée médiatiquement par des associations refusant l’alimentation carnée et plus largement tout rapport de travail avec les animaux. Mais elle est aussi portée, et depuis fort longtemps quoique que de façon moins visible, par des éleveurs eux‐mêmes.

 

Pour nombre d’entre eux en effet, notamment pour les éleveurs travaillant en circuits courts et vente directe, l’abattoir n’est pas cohérent avec le processus d’élevage de leurs animaux. Il ne leur permet ni d’assumer la pleine responsabilité de la mort de leurs animaux ni, par ricochet, leur responsabilité vis‐à‐vis de leurs clients. C’est pourquoi ils veulent retracer un fil de sens de la naissance à la mort de leurs animaux et retrouver la maîtrise de leur travail.

 

Notre idée est de mettre en place des solutions alternatives à l’abattoir, en premier lieu en développant des outils d’abattage à la ferme. Cette solution existe déjà dans différents pays européens (Suède, Allemagne) avec différents types d’équipements. Il peut s’agir d’un abattoir mobile ou d’un « caisson d’abattage », équipement qui permet seulement l’abattage et la saignée. Les bouchers, mais aussi les abattoirs de proximité, ont des intérêts à ces alternatives qui leur permettraient de reconstruire des liens avec les éleveurs et de penser l’abattage des animaux d’une manière moins ancrée dans les normes industrielles tayloristes.

 

L’élevage est aujourd’hui à la croisée des chemins. Soit il se réinvente et propose des modes de relations aux animaux en cohérence avec les sensibilités de nos concitoyens, soit il reste ancré dans les productions animales héritées du 19ème siècle et prend le risque de disparaître au profit des biotechnologies alimentaires 2.0 (substituts, viande‐in vitro..). Proposer des alternatives à l’abattoir industriel est le premier pas de ce processus de réinvention de l’élevage. »

Jocelyne PORCHER, Directrice de recherches, INRA, Caroline BROUSSEAUD, Présidente et fondatrice de l’AFAAD (Association en faveur de l’abattage des animaux dans la dignité), Caroline DUMAS , Auteur du blog « Bio-Where? »

 

Contribution extraite du livre collectif “150 idées pour la réussite de nos agricultures“, édité par saf agr’iDées en juin 2017, dans la thématique : “Agriculture et société”, page 28. Les auteurs sont seuls responsable du contenu de leur contribution.