Un jour, une idée “Aider les agriculteurs à s’approprier leur gestion”Publié le 9 septembre 2017 par Saf agr'iDées

« Le choix des outils de pilotage économique de l’exploitation agricole doit se poser à différents moments de son existence : à sa création, au lancement d’une nouvelle activité, à un tournant de son développement, face à des difficultés ou bien encore lors de sa transmission.

 

Il conviendrait alors de redonner à la gestion de l’unité agricole sa vraie dimension avec une vraie palette d’outils comme dans les grandes entreprises. Si les grands groupes bénéficient de ressources financières, de systèmes d’informations et analytiques, c’est bien leur approche systémique et les différentes méthodes de calculs des coûts qui leur permettent de jongler et d’optimiser avec la méthode pertinente et contingente qui répondra à la question du moment. C’est justement cette approche « boîte à outils » et cette ouverture qu’il faudrait essayer d’ajuster à l’échelle de l’exploitation pour appuyer chaque type de prise de décision :

 

  • analyser ses marges brutes par culture d’une année sur l’autre et surtout en
    se comparant aux analyses de groupes. Si ces données sont souvent accessibles,
    les écarts par rapport aux moyennes ne sont pas forcément « tirés » ni
    « challengés » ;
  • maîtriser ses coûts de production par assolement ou atelier notamment
    savoir décliner coûts complets économiques/d’équilibre et seuils de
    commercialisation par culture. Aucune société commerciale n’écarterait une
    vérification de ses coûts de production avant de mettre en production un
    nouveau produit ou un lot de fabrication ;
  • aborder les méthodes de budgets partiels de type « Coûts/Bénéfices »
    pour prendre une décision à court terme telle que par exemple : quel le coût
    net objectif du renouvellement d’un matériel agricole ?
  • visualiser ses indicateurs technico-économiques sous forme de tableaux
    de bord, et pourquoi pas en ligne ?
  • s’initier aux méthodes de rentabilité des investissements (par l’indexation
    des flux de trésorerie) qui prennent tout leur sens pour les projets de diversification
    (méthanisation, photovoltaïque etc.) ;
  • maîtriser ses budgets de trésorerie et découvrir les produits de lissage des
    revenus agricoles.

 

En conclusion, pourquoi ne pas combiner tous ces outils et notions de façon plus ludique ? Ne serait-ce pas la meilleure synergie pour dé-diaboliser les chiffres avec un jeu de simulation ou « business Game » pour piloter son exploitation agricole ? »

 

Véronique CHAUVEAU, Enseignant-chercheur, UniLaSalle

 

Contribution extraite du livre collectif “150 idées pour la réussite de nos agricultures“, édité par saf agr’iDées en juin 2017, dans la thématique : “L’entreprise agricole”, page 70. L’auteur est seul responsable du contenu de sa contribution.