Faire de la France le 1er pays “Bio”Publié le 14 février 2017 par LE MORVAN Yves

A l’initiative de la Fnab (Fédération nationale d’agriculture biologique), du Synabio (Syndicat national des industriels et distributeurs spécialisés), et de Coop de France bio, la filière bio française a interpellé le 8 février 2017 les principaux candidats à l’élection présidentielle (voir photo).

 

Crédit photo : Y. Le Morvan

 

Après avoir écouté leurs propositions vis-à-vis de l’agriculture biologique, ces trois organisations leur ont demandé de s’engager en signant leur “Pacte pour une agriculture et une alimentation d’intérêt général”. Décliné autour de 8 points tels que l’augmentation de la consommation bio dans la restauration collective ou le développement d’outils de financement adaptés, il a notamment pour objectif de faire de la France le 1er pays producteur et consommateur de produits bio en Europe d’ici 2022 (www.pactebio2017.com).

 

Car, bien que la France connaisse actuellement une croissance record de sa consommation de produits alimentaires bio (+20 % en 2016) pour un marché de 7 milliards d’euros, les denrées sont loin d’être toutes produites en France (75 %). Cela atteint toutefois 93 % pour le lait et les produits laitiers, mais seulement 59 % pour les fruits et 49 % pour l’épicerie.

 

Actuellement, la France est le 3ème pays européen en termes de surfaces agricoles cultivées en bio, et leader pour la production de volailles de chair bio. Parmi nos voisins, l’Allemagne est en tête pour la production de lait et de céréales bio, le Danemark pour le porc et l’Espagne pour les vins et les fruits bio.

 

Au-delà des problématiques de production ou d’évolution de la Pac, la confirmation du succès du bio passera, comme pour les filières conventionnelles, par l’innovation, la maîtrise des risques, la résilience des acteurs de la chaîne alimentaire, la conservation de la valeur,… saf agr’iDées va d’ailleurs lancer prochainement des travaux dans ces directions.

 

Légende photo : Les 3 acteurs majeurs du Bio en France ont lancé un Pacte pour une agriculture et une alimentation d’intérêt général, afin que les élus s’engagent sur leurs territoires.